Marketing-mobile.ca
Marketing-mobile.ca

Archive pour la catégorie « M-commerce »

mars 20

janvier 24

Une récente étude réalisée par Adobe Digital Marketing Insights démontre une nouvelle tendance dans le domaine des achats en ligne. En effet, les résultats obtenus révèlent que les utilisateurs de tablette numérique dépensent davantage par achat que ceux et celles qui utilisent un téléphone intelligent (54% plus) ou un ordinateur fixe (21% plus).

Pour réaliser cette étude, l’entreprise a analysé plus de 16 milliards de visites sur des sites qui offrent la vente en ligne. Ainsi, les analystes ont observé que les hommes âgés de 18 à 34 et possédant un revenu supérieur aux autres acheteurs en ligne représentent une part importante des cyberconsommateurs. De plus, la souplesse de navigation et la flexibilité que proposent les différentes tablettes numériques constituent les principales caractéristiques qui favorisent l’achat en ligne par les utilisateurs.

Comme le souligne Brad Rencher de chez Adobe Digital Marketing Business : «Cette étude prouve que les entreprises doivent absolument optimiser leur stratégie de vente en ligne pour les tablettes en 2012 afin de ne pas négliger un segment de clientèle en pleine croissance et extrêmement rentable.»

Ainsi, bien que les téléphones intelligents ne cessent de gagner du terrain dans le secteur de la mobilité, les entreprises ne doivent aucunement perdent de vu la popularité grandissante des tablettes numériques. Dans toute bonne stratégie de marketing, il devient donc pertinent d’accorder une place aussi importante aux tablettes qu’aux téléphones.

Après analyse des résultats de cette étude, il est évident que les tablettes deviennent un outil à privilégier dans toute stratégie de e-commerce.

mars 24

Un étude Comscore révèle que 29,8 millions d’Américains ont consulté des services financiers (banque, cartes de crédit, ou de courtage) via leurs mobiles, soit une augmentation de 54 % par rapport au 4 trimestre 2009. L’accès en ligne et les préoccupations de sécurité sont en tête de liste pour les motivations de l’usage.

Avec la prolifération des canaux d’accès, il est important de savoir comment  les consommateurs interagissent avec leurs comptes financiers pour avoir une stratégie efficace des investissements en marketing.

février 01

Visa vient d’annoncer que sa solution de paiement sans contact iCarte entrait en phase de test dans plusieurs pays d’Europe, dont la France. Un service qui nécessite l’ajout d’un dongle à son téléphone intelligent, pour l’instant uniquement destiné à l’iPhone.

La technologie NFC (Near Field Communication) arrive doucement mais surement en Europe : déjà implantée depuis quelques temps aux Japon puis aux USA, notamment grâce à des systèmes comme Square qui permettent de payer par carte avec un mobile sous iOS ou Android, cette méthode de paiement sans contact est également expérimentée en France par Orange, qui teste depuis mai dernier son Pass Cityzi à Nice. C’est désormais au tour de Visa d’annoncer le lancement du test de son service de paiement en NFC en Europe.

Sont concernés en premier lieu l’Italie, la France, la Pologne, l’Espagne, la Suisse, la Turquie et le Royaume-Uni, autant de pays dans lesquels l’infrastructure de paiement sans contact est « mature » pour accueillir les tests, selon Visa Europe. Néanmoins, si le test mis en place par la firme couvre plusieurs pays, il nécessite plusieurs impératifs, parmi lesquels se trouve la possession d’un iPhone, puisque c’est à ce jour le seul terminal sur lequel il est possible de greffer le dongle iCarte.

Conçu par Wireless Dynamics, l’accessoire, proposé par les banques et les opérateurs partenaires de l’opération, intègre une puce NFC. Cette dernière, associée à l’application Visa Mobile disponible sur l’App Store, permet de réaliser des paiements sans contact par l’intermédiaire de son iPhone 3G, 3GS ou 4. « Etant donné que le manque d’appareils compatibles avec les services de paiement sans contact est aujourd’hui un obstacle pour son adoption, nous avons dû surmonter le problème en apportant la technologie à l’iPhone déjà dans la poche des utilisateurs » a expliqué la responsable de l’innovation de Visa Europe, Sandra Alzetta.

Gageons cependant que le manque de smartphones intégrant le nécessaire pour démocratiser les services de paiement sans contact ne perdurera pas longtemps : Android 2.3 Gingerbread intègre, par exemple, tout le nécessaire logiciel pour supporter ce type d’usage. Du côté d’Apple, les dernières rumeurs font état de l’intégration d’une puce NFC au futur iPhone 5, qui le dispenserait alors de tout dongle, a contrario des modèles actuels. Visa Europe n’ayant donné aucun détail concernant le déploiement définitif de son service, l’intégration de la technologie NFC sur smartphone a donc encore le temps de se démocratiser.

décembre 14

Après avoir dévoilé la semaine dernière le Samsung Nexus S disposant d’une puce NFC, Google aurait racheté la société Zetawire. Spécialisée dans le paiement mobile, la jeune pousse canadienne devrait donc travailler sur cette technologie de transferts de données sécurisés et rejoindre l’équipe Google Mobile. Si aucune information n’a été dévoilée concernant le montant de ce rachat, ce dernier aurait été finalisé au mois d’août dernier.

Zetawire a notamment déposé un brevet décrivant un système rassemblant les fonctionnalités de paiement, la réception de messages publicitaires ainsi qu’un gestionnaire d’identité. L’on imagine ainsi que Google pourrait encourage les achats en retournant au mobinaute quelques coupons promotionnels et géo-localisés au moment précis où ce dernier entre dans un magasin affilié.

Très utilisée au Japon, la technologie NFC a pris du retard dans le reste du monde. Cependant, plusieurs fabricants ont également déposé des brevets relatifs à cette dernière, c’est notamment le cas d’Apple, de Research In Motion ou encore de Nokia.

Source: Clubic.com

novembre 05

Facebook vient de lancer un service permettant aux entreprises de pousser des réductions aux utilisateurs de son application mobile. Cette offre de couponing baptisée « Facebook Deals » permet de cibler les utilisateurs de Facebook Places lorsque ceux-ci déclarent leur position géographique (« check in ») à proximité d’un point de vente d’un annonceur de ce programme. Lancé dans un premier temps aux Etats-Unis uniquement, Facebook Deals compte déjà parmi ses annonceurs des enseignes comme Gap ou Macy’s. L’offre devrait être déployée à l’international dans les mois à venir.

octobre 26

71% des clients Starbucks avec un téléphone intelligent utilisent l’application de paiement!

Le projet pilote de Starbucks est installé dans plus de 16 magasins en Californie.  Les utilisateurs d’iPhone, iPod touch, et Blackberry peuvent obtenir l’application et l’utiliser pour payer leurs consommations. L’application des disponible sur l’App Store pour les appareils Apple et peut être téléchargé pour les utilisateurs de Blackberry en envoyant GO à 70845.

Une fois que l’application est installée, l’utilisateur peut mettre de l’argent avec une carte de crédit. Quand il va prendre un café, l’application permet à travers un décodeur à code barre, de payer à la caisse. Par la suite, l’application donne la balance des paiements et crédits.

septembre 28

C’est l’entreprise Visa qui viens de sortir un projet pour payer le métro, bus et train New-Yorkais grâce à son iPhone.

juin 25

Centres commerciaux et e-commerce vont gagner 5 points de part de marché d’ici 2015 aux Etats-Unis, annonce Nielsen. Les smartphones devraient aussi considérablement modifier le rapport à l’achat en ligne.

Plusieurs tendances majeures remodèlent actuellement l’industrie des produits de grande consommation, affirme Nielsen dans ses prévisions portant sur le secteur du commerce en 2015. D’ici là, le cabinet prédit que les grands centres commerciaux et l’e-commerce seront les grands gagnants en termes de progression de leur part de marché. A eux deux, ils passeront entre 2009 et 2015 de 16 % à 21 % de part de marché des ventes de détail aux Etats-Unis, au détriment notamment des supermarchés.

« Alors que l’e-commerce a subi la récession en 2008 et en 2009, les ventes en ligne au dernier trimestre 2009 étaient solides et l’intérêt des fabricants et distributeurs d’offrir la possibilité d’acheter sur Internet n’a jamais été aussi fort », précise Todd Hale, chez Nielsen. Etant donné que les générations X et Y (née entre 1960 et 1995, ndlr), férues de technologies, montent en puissance autant en nombre qu’en pouvoir d’achat, on devrait maintenant passer à la prochaine étape de l’évolution de la recherche et de l’achat en ligne. »

L’un des plus grands changements que Nielsen prévoit pour 2015 est déjà initié. Il s’agit de l’utilisation des smartphones pour interagir avec les consommateurs et les aider dans leurs décisions d’achat. Selon le cabinet, la pénétration des smartphones, qui représentent 23 % de tous les abonnés mobiles aux Etats-Unis, devrait dépasser celle des téléphones portables classiques d’ici la fin 2011. « Lorsque la technologie permettra aux consommateurs de localiser rapidement le meilleur prix dans le secteur, les marchands seront obligés de se concurrencer et de se différencier sur d’autres critères que le prix. Nous sommes à l’orée d’un monde complètement nouveau en matière de marketing en ligne et social, et les entreprises doivent dès maintenant développer et mettre à jour leurs stratégies numériques et sociales afin de rester compétitives », conclut Todd Hale.

juin 07

Chaque mois, sept e-commerçants américains supplémentaires se mettent au m-commerce, via un site ou une application. A ceci près que 24 sites viennent brusquement de disparaître du paysage.

Aux Etats-Unis, 2009 aura été l’année durant laquelle le m-commerce a vraiment démarré. En septembre, une centaine seulement de sites mobiles et d’applications de m-commerce permettaient aux consommateurs américains d’effectuer des achats depuis leur téléphone portable. En décembre, ce chiffre était porté à 120, pour atteindre 164 aujourd’hui, d’après « Internet Retailer ». En divulguant fin 2009 ses ventes sur mobile - de 600 millions de dollars l’an dernier -, eBay n’a pu que déclencher des vocations et remonter le m-commerce dans les priorités des e-commerçants.

Parmi les 500 plus gros cybermarchands du pays, 73 vendent sur mobile. Et parmi ceux-ci, 23 proposent une ou plusieurs applications mobiles mais pas de site mobile, limitant donc leur m-clientèle aux détenteurs de certains smartphones. Le canal mobile est par ailleurs davantage adopté par les très gros ou les plutôt petits e-commerçants que par ceux de taille moyenne, qui en font plus rarement une priorité. Ainsi, des 53 sites marchands du top 500 possédant un site de m-commerce, 33 sont dans le top 100. De l’autre côté de l’échelle, la moitié des marchands dotés d’une application ou d’un site de m-commerce ne figurent pas dans le top 500, autrement dit ont réalisé un chiffre d’affaires 2009 inférieur à 100 millions d’euros.

Sauf qu’un événement intervenu la semaine dernière a brusquement grevé le nombre de m-commerçants américains. Parmi eux, 24 font appel aux services d’un prestataire spécialisé, mPoria, que vient discrètement de racheter un éditeur de logiciels pour la finance, Nirvaha. Problème : mPoria a subitement disparu du paysage et resterait injoignable, laissant les 24 sites mobiles inaccessibles ou affichant des messages d’erreur. Leur mort prématurée ramène de 156 à 132 le nombre de sites de m-commerce aux Etats-Unis, soit une chute de 18 % en quelques heures seulement. Le nombre d’applications mobiles marchandes reste de 67. Au total, les m-commerçants américains ne sont donc plus que 141 au lieu de 164 (l’un d’entre eux opérant un autre site mobile distinct de son site mPoria).

Source: www.journaldunet.com