Marketing-mobile.ca
Marketing-mobile.ca

Archive pour mai 2011

mai 31

mai 30

mai 26

L’adoption des téléphones intelligents approche les 50 % chez les utilisateurs de téléphones sans fil canadiens de 18 à 34 ans

Un nouveau sondage offre un portrait détaillé des consommateurs canadiens du sansfil

OTTAWA – Le 26 mai 2011 – Près de la moitié (48 %) des utilisateurs de téléphones sans fil âgés de 18 à 34 ans déclarent posséder un téléphone intelligent, selon une nouvelle étude menée par Le groupe conseil Quorus et diffusée aujourd’hui par l’Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS). L’adoption du téléphone intelligent atteint même les 55 % chez les 18 à 24 ans.

Le sondage révèle aussi que quatre propriétaires de téléphones intelligents sur cinq affirment s’être abonnés à un forfait de données, comparativement à seulement 15 % des utilisateurs de téléphones sans fil ordinaires. La moitié des répondants (49 %) âgés de 18 à 34 ans déclarent également accéder à Internet à partir de leur appareil sans fil. L’accès à Internet par l’entremise de téléphones sans fil est considérablement plus élevé parmi : les propriétaires de téléphones intelligents (73 %); les utilisateurs de téléphones sans fil de 18 à 24 ans (61 %); les ménages utilisant exclusivement le sans-fil (42 %); les hommes (33 %); et les Albertains (43 %).

« Si on considère en même temps les affirmations récentes des télécommunicateurs sans fil canadiens qui rapportent des records d’activation de téléphones intelligents et de croissance sur le plan des données sans fil, ce sondage confirme que les Canadiens demeurent parmi les plus grands utilisateurs de téléphones intelligents au monde », affirme le président et chef de la direction de l’ACTS, Bernard Lord. « Et en plus, les Canadiens restent en tête du peloton mondial avec un plus grand nombre de réseaux de données sans fil HSPA+ disponibles sur le marché que n’importe quel autre pays. »

L’étude révèle également qu’environ 58 % des utilisateurs de téléphones intelligents ont téléchargé des applis vers leur appareil sans fil, l’utilisateur moyen en ayant téléchargé 12, dont environ le quart étaient des applis payantes plutôt que téléchargeables gratuitement. Les propriétaires de téléphones intelligents qui vivent dans des ménages utilisant exclusivement le sans-fil (71 %), ceux âgés de 14 à 44 ans (64 %) et ceux vivant en Alberta (76 %) étaient les plus grands téléchargeurs d’applis. Les trois quarts des utilisateurs de téléphones intelligents qui ont téléchargé des applis (76 %) utilisent des applis associées à la météo et plus des deux tiers (69 %) utilisent des applis qui permettent d’accéder aux réseaux sociaux, à la messagerie instantanée ou aux blogues.

Les transactions bancaires et les paiements mobiles sont également adoptés par les Canadiens, alors que plus du cinquième (22 %) des utilisateurs de téléphones intelligents déclarent faire certaines de leurs transactions bancaires ou effectuer des paiements en retour de produits ou de services à partir de leurs téléphones sans fil. La proportion est considérablement plus élevée parmi les propriétaires de téléphones intelligents de 18 à 34 ans, atteignant les 30 %.

Les Canadiens signalent également un grand intérêt pour les codes bidimensionnels : près de la moitié des utilisateurs de téléphones sans fil (45 %) les connaissent et 10 % en ont déjà scanné. Les utilisateurs de téléphones intelligents (28 %), les utilisateurs de téléphones sans fil âgés de 18 à 44 ans (17 %), les ménages utilisant exclusivement le sans-fil (16 %) et les hommes (13 %) adoptent cette activité en plus grand nombre. Lorsqu’on demande aux répondants ce qu’ils ont scanné récemment, ils répondent le plus souvent les codes de produits (22 %), les codes dans les magazines, les livres et les journaux (14 %), les articles d’épicerie (14 %) et les codes de contact sur BBM (14 %).

Le sondage révèle aussi que les Canadiens utilisent leurs téléphones sans fil pour venir en aide aux organismes de bienfaisance qui leur sont chers par l’entremise du texto. La moitié des utilisateurs de téléphones sans fil connaissent les dons par sans-fil et 6 % en ont déjà fait l’expérience. La notoriété des dons par sans-fil était la plus grande auprès des 18 à 34 ans (60 %), 12 % d’entre eux ayant déjà fait des dons par texto.

L’Étude sur les attitudes des consommateurs de téléphonie cellulaire 2011 (en anglais seulement), réalisée par Le groupe conseil Quorus pour le compte de l’ACTS, a été menée du 14 au 27 mars 2011 auprès de ménages canadiens à l’aide de sondages téléphoniques et d’un panel en ligne. On peut consulter un résumé de l’étude (en français) ou encore l’étude au complet sur le site Web de l’ACTS.

mai 24

Peu à peu, les QR Codes envahissent les médias classiques. Dans la presse, sur des affiches, sur les catalogues promotionnels off line et on line, et même dans des spots télévisés, la contagion semble prendre une ampleur que l’on n’aurait pu soupçonner il y a seulement quelques mois. Il semblerait que les marques comme les communicants ont finalement perçu le potentiel relationnel de ces petits codes barres digitaux, qui permettent, d’un simple scan avec un smartphone, de donner vie à une publicité statique et d’offrir au consommateur  un contenu exclusif et interactif, enrichi par la réalité augmentée.

Blippar veut capitaliser sur ce succès en proposant une application universelle qui repose sur la reconnaissance de l’image elle-même et non plus sur la lecture du code (voir la vidéo de démonstration ci-dessus). Non seulement l’application Blippar permet de lire les QR Codes de la première génération, mais elle permet aussi de rechercher par marque et par lieux les contenus enrichis. Avec Blippar, plus besoin de QR codes inesthétiques : ils seront remplacés par la lettre b qui signifie que le contenu de l’image est enrichi et peut-être lu avec l’application. Une application qui se veut “conçue par des marketers pour des marketers”, et dont le site internet indique qu’elle sera “bientôt disponible” (sans indiquer de date précise). A suivre, donc …

mai 16

Dans une étude mondiale sur la sécurité mobile Juniper Networks révèle que les appareils mobiles des entreprises et des particuliers sont exposés à un nombre record de menaces de sécurité. L’étude révèle une augmentation de 400% des logiciels malveillants ciblant Android, ainsi que des attaques Wifi extrêmement ciblées. Après un examen approfondi des récentes exploitations de failles des logiciels malveillants, l’étude s’intéresse aux nouveaux sujets de préoccupation et énonce des recommandations claires à propos de technologies et de pratiques de sécurité essentielles pour aider les consommateurs, grandes entreprises, PME et entités gouvernementales à se prémunir contre les menaces visant les appareils mobiles.

A l’heure où les smartphones sont sur le point d’éclipser les PC, les cybercriminels se tournent naturellement vers les appareils mobiles. En même temps, le fossé entre les capacités de nuire des pirates et les moyens de défense des entreprises ne cesse de se creuser. Ces tendances soulignent la nécessité d’une sensibilisation accrue à la sécurité des mobiles, ainsi que de politiques et solutions de sécurité mobile plus rigoureuses et mieux intégrées.

Surveillance permanente des risques liés à la sécurité mobile partout dans le monde avec le GTC

Le rapport, « Malicious Mobile Threats Report 2010/2011 » a été établi par le centre de recherche GTC (Juniper Networks Global Threat Center), un organisme, unique en son genre, dont l’objectif est d’offrir au grand public et aux entreprises une surveillance permanente des risques liés à la sécurité mobile partout dans le monde. Le GTC rapporte des attaques de plus en plus sophistiquées en 2010 et 2011, telles que Myournet/Droid Dream, Tap Snake et Geinimi, ainsi que le piratage de l’application « Walk and Text », de nouveaux vecteurs de menaces pour la cybercriminalité mobile, et le potentiel d’exploitation des appareils et données mobiles. Principales conclusions du rapport :

Inquiétude au sujet de l’App Store : Le premier canal de propagation des logiciels malveillants ciblant les mobiles est le téléchargement d’applications, et pourtant la vaste majorité des utilisateurs de smartphone n’utilisent pas de solution antivirus sur leur appareil pour analyser les logiciels malveillants
· Soucis en Wifi : Les appareils mobiles sont de plus en plus sensibles aux attaques via Wifi, y compris par l’intermédiaire d’applications permettant à un assaillant de se connecter facilement aux applications de messagerie et de réseautage social des victimes
· Menace SMS : 17% de toutes les infections signalées sont dues aux chevaux de Troie SMS qui envoient des SMS vers des numéros surtaxés, et causant souvent une perte irréparable pour l’utilisateur ou l’entreprise
· Perte et vol d’appareil : Selon le rapport, 1 appareil sur 20 des clients de Juniper a été perdu ou volé, ce qui a entraîné l’émission de commandes de repérage, de blocage ou de nettoyage
· Comportement à risque des adolescents : 20 % des adolescents avouent avoir envoyé des contenus inappropriés ou à caractère explicite avec un appareil mobile
· « Droid en détresse » : Le nombre d’attaques de logiciels malveillants contre Android a augmenté de 400 pour cent depuis l’été

Non-information et process des Stores pas adaptés

« Ces résultats révèlent l’existence d’un nombre inquiétant d’utilisateurs non informés ou non concernés par la sécurité qui se risquent à télécharger des applications disponibles facilement à partir de sources inconnues et non approuvées, en l’absence totale de solutions de sécurité des périphériques mobiles » a souligné Dan Hoffman, évangéliste de la sécurité mobile chez Juniper Networks.

« Les processus d’App store consistant à supprimer de manière réactive des applications identifiées comme malveillantes une fois qu’elles ont été installées par des milliers d’utilisateurs sont insuffisants comme moyen de contrôler la prolifération des logiciels malveillants. Les utilisateurs peuvent prendre des mesures spécifiques pour atténuer le risque des attaques visant les mobiles. Les entreprises comme les particuliers doivent être conscients des risques croissants que leur fait courir la possibilité de disposer d’Internet au creux de leur main ».

Afin de se prémunir contre les menaces des logiciels malveillants ciblant les mobiles, le rapport recommande les mesures suivantes :

Aux consommateurs :
· Installer une solution anti-malware sur l’appareil afin de le protéger contre les applications malveillantes, logiciels espions, cartes SD infectées, et attaques basées sur logiciel malveillant
· Utiliser un pare-feu personnel sur l’appareil afin d’en protéger les interfaces
· Mettre en œuvre une protection par mot de passe robuste pour l’accès à l’appareil
· Implémenter un logiciel antispam pour se protéger contre les communications vocales et via SM/MM indésirables
· Pour les parents : utiliser un logiciel de surveillance de l’appareil afin de superviser et contrôler l’utilisation des appareils mobiles par les adolescents et de les protéger ainsi contre la cyber-intimidation, le cyber-harcèlement, l’usage abusif ou inapproprié et d’autres menaces

Aux entreprises, organismes publics et PME :
· Utiliser un anti-malware sur l’appareil mobile afin de le protéger contre les applications malveillantes, logiciels espions, cartes SD infectées, et attaques basées sur logiciel malveillant
· Utiliser des clients VPN SSL pour protéger facilement les données en transit et assurer une authentification et des droits d’accès réseau appropriés
· Centraliser les fonctions de repérage et de blocage, nettoyage, sauvegarde et restauration à distance pour les appareils perdus et volés
· Appliquer résolument des politiques de sécurité, par exemple imposer l’usage de codes PIN/mots de passe forts
· Utiliser des outils pour déceler la fuite de données et l’usage inapproprié lors de l’activité des appareils
· Centraliser l’administration des appliquer mobiles pour appliquer et suivre les politiques de sécurité