Marketing-mobile.ca
Marketing-mobile.ca

Archive pour février 2010

février 28

février 25

février 24

J’étais entrain de regarder les derniers messages sur mon Twitter quand je suis tombé sur un excellent article du blogue de Laurent Maisonnave au zelaurent.com. Celui-ci a piqué ma curiosité avec le message: Au secours mon agence a perdu le sans fil.

Celui-ci exprime ce que nous constatons depuis plusieurs mois à l’agence : 1) les agences ne sont pas nécessairement prête à faire le saut dans l’univers de la mobilité 2) la majorité n’y comprenne rien. Bon, je vais faire attention, nous travaillons plusieurs projets avec des agences dites « traditionnelles ».

Lorsque je donne des conférences, des formations et même lorsque je vais en présentation dans les agences, je m’amuse toujours a consulter le site Internet des participants sur différents modèles de téléphones au bureau (Palm Pre, iPhone et Blackberry). Chaque fois, le résultat est le même : le site ne s’ouvre pas, il n’est pas adapté, la navigation est impossible, etc. Je présente donc le site Internet sur mon mobile au client et celui-ci ne comprend généralement pas que son site ne s’adapte pas. Dernièrement un client m’a même affirmé  » Ouais, mais c’est de l’Internet, ca devrait marcher ».

Voyez le résultat du site de plusieurs agences sur un téléphone portable : ici (à noter, il s’agit d’une consultation sur un iPhone, le résultat aurait été beaucoup plus catastrophique sur un Blackberry).

IMG_0042

L’article auquel je fais référence est consultable ici: Ze Laurent.

février 23

Les réseaux sociaux sont de plus en plus mobiles

Au delà du fait que vous utilisez Facebook sur votre ordinateur, la version mobile est de plus en plus utilisée, et compte plus de 30 millions d’utilisateurs pour 2009. On imagine très bien ce phénomène croissant pour 2010 grâce à l’expansion des OS comme Android de plus en plus présents sur le marché. Les plates formes « sociales » sont également disponible sur la majorité des smartphones, notamment Symbian de Nokia. Autant dire que la portabilité des médias sociaux est clairement de plus en plus croissante vu la démocratisation du tarif data et la simplicité des applications. L’avenir des médias sociaux serait d’avantage dans notre poche que sur le bureau (chez soi) ?

La géolocalisation va pousser la croissance du commerce mobile

Vous vous souvenez de Layar? Cette application de réalité augmentée permet d’afficher des commerces ainsi que des publicités, imaginez ce que réservent les applications mobiles d’ici peu de temps ainsi que les possibilités d’utilisation de ce nouveau canal. Imaginez une application qui vous permet de comparer les tarifs pour un objet quelconque dans les magasin se situant à 10 km à la ronde. Et bien ce genre d’application se développe mais évidemment cela sera d’abord disponible pour les grandes villes ou les magasins en ligne permettant la diffusion de leurs tarifs.

Les jeux en lignes orientés « social game »

Après les applications de partage et avis sur les lieux comme Gowalla et  Foursquare, certains jeux que l’on peut rencontrer sur Facebook ( pas forcément interessants) sont voués à être « portabilisés ». Les jeux où il sera possible d’interagir avec les gens proches de vous sont pour bientôt. Des communautés travaillent sur l’application Farmville pour mobile, (rien de surprenant après le succès énorme sur Facebook) où il serait question d’échanger des « biens » virtuels avec votre entourage…Je ne suis pas bien sur que cela soit des plus utile.

Les communications data dépasseront les appels téléphoniques

Vu l’augmentation du nombre de smart phone sur le marché et l’ouverture des opérateurs vis à vis du data, il est certain que le trafic mobile est en pleine croissance. La quantité d’information transitant par le réseau mobile est vouée à augmenter, notamment grâce aux messagerie « push », à la synchronisation des données toutes les « X » minutes. L’intégration d’application mobile serait également au rendez vous prochainement dans nos véhicules.

D’après Nielsen, l’utilisation du mobile varie énormément selon les pays, cela est du au taux de pénétration des nouvelles technologies dans les pays. Les Etats-Unies et le Canada sont bien friands de la navigation mobile. Enfin, une bonne nouvelle pour le Canada ;-)

La réalité augmentée est de plus en plus tendance.

Avec les possibilités de la réalité augmentée, il est certain qu’il s’agit d’un filon à exploiter pour les marketeurs. L’intégration de bandeau publicitaires virtuels sur des emplacements réels. Imaginez pouvoir louer un encart publicitaire virtuel sur un panneau existant.

Source: marketingonthebeach.com

février 22

Lors de mes différentes formations et conférences sur le marketing mobile, j’insiste toujours sur le fait qu’il faut envoyer des messages ciblés et au bon moment à la cible. Voici un exemple très intéressant : la période d’impôt arrive bientôt mais selon les différents chiffres, il y a beaucoup de gens qui oublient (volontairement ou pas) de remplir leur rapport d’impôt avant la date d’échéance.

Pour contrer ce problème les Français risquent de recevoir un SMS de ce type: « Vous devez bientôt payer vos impôts, si le gouvernement pousse son projet à terme.

Un système en vogue à l’Est

Il souhaite en effet mettre en place un système de rappel par SMS et e-mail sur les opérations ponctuelles comme le renouvellement d’une carte d’identité ou les déclarations d’impôts.

Inspiré des pays de l’Est, ce système est notamment utilisé en Roumanie. L’Agence pour l’Emploi y envoie des SMS aux chômeurs à chaque fois qu’une offre peut leur correspondre.

février 21

février 21

Voici un autre projet novateur dans le cadre de Proxima Mobile, le portail de services aux citoyens sur téléphone mobile lancé il y a quelques mois en France.

Voici encore un marché en pleine évolution avec de nombreuses initiatives qui vont permettre d’asseoir la publicité mobile géolocalisée, le NFC et la fidélisation, voici donc une nouvelle expérience avec l’adhésion de 5 commerçants-partenaires et 100 consommateurs-adhérents sur le quartier Montorgueil/Saint-Denis qui ont accepté de participer à Viv[r]e Mon Quartier jusqu’à mi-juillet 2010

Menée par la cellule R&D de PagesJaunes Groupe, « Viv[r]e Mon Quartier » s’appuie sur la technologie SmarTouch, une solution innovante, fournie par la société SmarTagSw (Smart Tag Sofware) qui permet de collecter et exploiter sur un portail Internet, à des fins de fidélisation et de promotion, des informations issues de la lecture de carte sans- contact NFC (une puce NFC est une étiquette munie d’une antenne permettant de répondre à des requêtes émises depuis un émetteur/récepteur).

Cet outil va offrir à la communauté : – un service de fidélisation : les consommateurs qui adhèrent au service, reçoivent une carte munie d’une puce NFC ; véritable carte intelligente, nominative, qu’ils peuvent utiliser auprès de tous les commerçants-partenaires de leur quartier. Le principe est simple : en présentant cette carte, les actes d’achats sont enregistrés et donnent droit à des «points» de fidélisation pour différents services offerts par les commerçants du quartier.

Concrètement, les commerçants-partenaires de l’expérimentation seront équipés d’un ordinateur portable comportant un lecteur de carte NFC et relié à un écran tactile.

C’est aussi un service de promotion : avec cette carte, les commerçants émettent des promotions en temps réel, voire même sur des durées très courtes (type « vente flash »). Ces offres promotionnelles seront adressées via SMS gratuits et/ou mails directement aux consommateurs, selon leurs profils, ils bénéficieront ainsi de tarifs réduits, services améliorés et informations sur l’actualité de la boutique.

Web et mobile : http://www.vivremonquartier.com/

Voyez l’application et plus d’informations ici!

Source: servicesmobiles.fr

février 21

Une nouvelle étude affirme que les revenus du marketing mobile dans le monde devrait passer à plus de 24 milliards de dollars en 2013. La croissance devrait être de treize fois plus que le 1,3 milliards de dollars dépensés sur le marketing mobile l’année dernière, selon l’institut ABI Research, New York.

Selon le directeur d’ABI, Michael Wolfe, cette croissance du marketing mobile est lié au fait que le marketing mobile est maintenant ajouté au plan marketing des entreprises à même titre que la télévision, la radio et l’Internet dans une communication à 360 degrés.

Par contre l’enquête récente ABI a constaté que si les consommateurs sont d’abord méfiants envers le marketing mobile, leurs attitudes changent une fois qu’ils ont eux-mêmes perçus les avantages du marketing mobile.

Ainsi, alors que 54 pour cent des répondants au sondage ont dit qu’ils étaient totalement opposés aux messages de marketing mobile, 70 pour cent d’entre eux a indiqué qu’il devrait y avoir du contenu à valeur ajouté comme une sonnerie ou une chanson gratuite pour qu’ils soient plus réceptifs au marketing mobile. C’est aussi le point de vue que défend notre agence : il ne faut pas simplement envoyer des messages promotionnels mais bien du contenu qui intéresse la cible.

Pour plus d’informations sur l’étude: http://www.abiresearch.com


février 21

tumblr_ky5fcncu0s1qzaxl0Sans être un service d’e-commerce, Winetage est une aide au choix de vins.

En boutique ou dans votre cave avant un repas, Winetage permet de connaître la qualité des millésimes (France, Espagne, Italie, etc.), consulter des conseils d’achat.

Parmi les fonctionnalités: des chroniques oenophiles avec le blog VinsurVin, des conseils, des sélections de vins, une base des millésimes sur plusieurs pays actualisée 2 fois par an pour choisir un vin lors d’un achat ou au restaurant.

Reste désormais à attendre l’intégration de puces RFID sur les bouteilles et on sera dans le monde de l’internet des objets de Bruce Sterling pour de bon.

En promotion à 1,59 euro pour le lancement au lieu de 2,39, Winetage pour iPhone est disponible sur l’App Store

Cela fait déjà un bon moment que nous attendons une initiative marketing mobile de la part de la SAQ au Québec. Il existe tellement pleins de belles possibilités en contexte de mobilité pour le secteur du vin… Espérons que ce soit pour bientôt!

février 16

Depuis déjà quelques semaines, certains de mes collaborateurs et clients me parlaient d’un projet de réalité augmenté et d’application iPhone pour le quartier St-Roch de Québec. Hier, en fin de journée, un ami me transfère une invitation pour la conférence de presse du dévoilement de cette application qui a eu lieu ce matin (16 février) au Boudoir Lounge.

Tout d’abord, qu’est-ce que cette application ? Tel que mentionné il s’agit d’une application iPhone pour découvrir le quartier Saint-Roch. Celle-ci doit permettre aux touristes d’avoir accès à toutes les informations géolocalisées sur les principaux points d’intérêt du coeur de la ville : lieux historiques, oeuvres d’art, commerces et même stationnements. Un premier problème au niveau stratégique se pose ici : la cible.. je m’expliquerais à la fin de mon billet.

L’application comporte aussi un volet réalité augmenté qui sert de guide virtuel pour identifier les principaux attraits du quartier. Le concept est simple et une reproduction de plusieurs projets de villes tels que Toulouse, vous présentez votre iPhone devant vous et on ajoute une couche virtuelle sur le réel (soit des petits onglets indiquant les points d’intérêts).

Voici une vidéo qui présente l’application:

Selon un article dans le Soleil:  » l’application intégrera d’ici peu les autres secteurs commerciaux de la ville. Même le secteur historique du Vieux-Québec n’échappera pas à cette avancée technologique qui permettra aux visiteurs de laisser dans leurs bagages leurs bons vieux guides touristiques. « 

Une application sans aucune stratégie

Tout d’abord, je tiens a affirmer que je trouve que c’est une très belle initiative d’avoir créé cette application. Cela va sans aucun doute faire un « buzz technologique » ainsi que faire parler du quartier St-Roch et de la Ville de Québec. Je félicite aussi les créateurs, car l’application semble très bien fonctionner.

Par contre, il est illogique d’investir dans une application de ce type si notre cible est composée principalement de touristes. Pourquoi? C’est très simple, les touristes qui possèdent des iPhone se font fortement recommander dans leur pays d’origine de ne pas utiliser leur iPhone à l’extérieur, car cela risque de leur coûter des sommes astronomiques. Alors, nous créons une application pour des touristes qui ne l’utiliseront pas ou qui vont l’utiliser et recevoir une facture salée. C’est aussi ce qu’affirme l’article du Soleil à ce sujet: « règle générale, les touristes n’ont pas accès à leur réseau de téléphonie en voyage et doivent payer d’importants frais de connexion pour voguer sur la toile. » Apple en fait même la recommandation sur son site Internet :  » Pour éviter de payer des frais liés à l’émission de données à l’étranger lorsque vous voyagez hors de portée du réseau de votre opérateur, désactivez l’option donnée à l’étranger (elle est désactivée par défaut). » (Apple)

De plus, est-ce vraiment une bonne idée de faire une application iPhone? Le buzz est là, mais est-ce que la cible y est aussi? Il ne faut pas oublier que malgré les ventes importantes d’iPhone, ce type de téléphone est possédé par tout au plus 10% de la population. De plus, il y a plus de 150 000 applications iPhone, j’espère donc que l’application aura une forte stratégie de communication pour inciter les gens à la télécharger sinon les résultats risquent d’être très décevants.

Lors d’une conférence pour les membres de l’Office du tourisme de Québec que j’ai eu le privilège de donner en janvier, voici quelques recommandations que je donnais autour des applications mobiles :

* Avoir un questionnement à l’interne afin de savoir quelle est la réflexion en arrière de l’idée de l’application.
* S’assurer que la stratégie d’application mobile soit arrimée avec le reste de la stratégie marketing.
* Se poser les bonnes questions : Qui est votre usager mobile? Avec quelle intensité utilise-t-il son mobile, à quel moment et dans quel lieu?
* Consacrez une part de votre budget de l’application a sa commercialisation
* Il est essentiel de ne pas considérer l’application comme un projet ayant une fin, tant elle est évolutive et fait partie de l’actif de la marque.

En revanche, en complément de cette application iPhone et  de réalité augmenté, il aurait été bon de proposer des solutions accessibles à tous les autres consommateurs utilisant des téléphones intelligents et le cellulaire classiques :  Des solutions d’IVR utilisables sur 100% des mobiles, un site web mobile, des infos envoyées par Bluetooth … Bref une vraie stratégie mobile globale et non pas juste un coup de buzz pour les accros à l’iPhone.

Vous en pensez quoi?