Marketing-mobile.ca
Marketing-mobile.ca

Archive pour juillet 2011

juillet 27

juillet 27

juillet 26

Vous vous en doutez probablement déjà, mais l’usage du mobile est en forte progression partout dans le monde.

Il a fallu 125 ans au téléphone régulier avant d’atteindre le milliard d’abonnés;
il a fallu seulement 25 ans au mobile afin d’atteindre ce même nombre.
Actuellement, sur la planète, il y a plus de mobiles que: de cartes de crédit, d’ordinateurs, de voitures, de téléphones.

Voici quelques chiffres qui vous démontrent à quel point l’utilisation du cellulaire est devenue répandue à l’échelle planétaire.

Saviez-vous que mondialement:

- Il y a plus de 5 milliards d’utilisateurs de cellulaires.
- Le taux de pénétration du mobile est de 77 %.
- La Chine et l’Inde sont les marchés où il se vend le plus de mobiles annuellement.
- Que d’ici 2014, l’usage de l’Internet mobile dépassera celui de l’Internet via ordinateur.
- Qu’il y a 1 milliard d’utilisateurs actifs de l’Internet mobile.
- Qu’il y a eu plus de 6 trillions de messages textes qui ont été envoyés en 2010.
- Le taux de pénétration du mobile en Europe est de plus de 100 %.
- Le pays avec le plus haut taux de pénétration est l’Italie avec plus de 155 %.

Mondialement, la forte progression du mobile dans les pays en voix de   développement est une tendance marquante. Cette tendance s’explique du fait qu’il est plus rapide, plus facile, et beaucoup moins coûteux pour les opérateurs d’installer des tours cellulaires que de câbler le pays avec des lignes terrestres.

L’augmentation rapide des utilisateurs de téléphones intelligents et de l’Internet mobile sont aussi des faits marquants et des tendances extrêmement importantes. Le fait de posséder un téléphone intelligent pouvant accéder à Internet ouvre un monde de possibilités pour les utilisateurs. L’Internet sur le mobile, à même titre que l’avènement d’Internet sur les ordinateurs, change dramatiquement l’usage que les gens font de leurs appareils.

Maintenant, qu’en est-il de la mobilité chez nous?

Saviez-vous:
- Qu’au Canada, il y a plus de 25 millions d’usagers pour un taux de pénétration de plus de 75 %.
- Qu’au Canada, 91 % des 18-35 ans possèdent un mobile alors qu’au Québec c’est 75 %.
- Qu’au Canada, 25 % des utilisateurs ont des téléphones intelligents.
- Qu’au Canada, on prévoit une croissance annuelle moyenne de 12,4 % de la mobilité entre 2009 et 2014.
- Qu’au Canada, les réseaux mobiles qui permettent l’accès à l’Internet sont actuellement offerts à 96 % de la population canadienne.
- Qu’au Canada, Rogers, Bell et TELUS, comptent plus de 95 % de l’ensemble des abonnés canadiens.
- Que Les Canadiens envoient 186 millions de messages texte par jour.
- Qu’au Québec, 27 % des 18-34 ans possèdent un téléphone intelligent.

Vous savez, j’aurais pu vous bombarder de chiffres encore bien longtemps, mais je ne crois pas que ce soit nécessaire. Toutes ces statistiques veulent dire la même chose; l’aire du mobile en tant que média de communication est arrivée, on ne peut plus le nier.

Dans un monde en constante évolution technologique, Il ne faut pas en avoir peur de l’explosion du mobile. Au contraire, il faut commencer à inclure la mobilité dans nos stratégies de communication afin de s’adapter à la nouvelle réalité des gens que nous tentons de rejoindre dans le cadre de nos diverses professions.

juillet 25

Voici un le résumé d’un article du Journal de Québec diffusé aujourd’hui en dans la UNE.

La nouvelle application pour contrer l’alcool au volant lancée le 21 juin par le ministre des Transports Sam Hamad n’a été téléchargée que 1 413 fois en un mois. Un « flop » selon la spécialiste du Web Michelle Blanc.

L’application « Code-Bar » est passée plutôt inaperçue auprès des jeunes pourtant ciblés par la dernière campagne de sensibilisation de la SAAQ. Un mois après son lancement, alors que la diffusion intensive des publicités à la télévision s’est terminée le 17 juillet, Code-Bar n’a été téléchargé que 1 413 fois. Sur le site de téléchargement Apple Store, seulement deux brefs commentaires ont été écrits dans les avis dédiés à l’application depuis son lancement.

Sur Facebook et Twitter, deux outils utilisés par la SAAQ pour promouvoir l’application et les publicités « Un conducteur désigné, on aime ça » et « On se lâchera pas », la campagne n’a pas fait beaucoup réagir. Une seule personne a fait un commentaire sur Facebook pour se plaindre de cette application uniquement disponible sur iPhone et non sur les téléphones BlackBerry ou Androïde. Sur YouTube, moins de 5 000 visionnements des deux pubs ont été enregistrés au cours du dernier mois.

« Un flop »

« Moins de 1 500 téléchargements, c’est poche », lance d’emblée la spécialiste en marketing Web Michelle Blanc. Pour qu’une application du genre fonctionne, « il faut un effet réseau » . Plus le nombre de téléchargements est élevé, plus l’application est pertinente. Avec seulement 1 413 abonnés pour l’ensemble du Québec, l’effet réseau est à toute fin pratique inexistant, explique Mme Blanc.

Code-Bar permet de retracer ses amis Facebook se trouvant dans un même bar et de leur envoyer des textos préécrits afin d’amorcer la discussion sur le retour à la maison de façon sécuritaire.

Mon avis

Je ne compte plus le nombre de fois où en conférence j’ai affirmé qu’une application iPhone était souvent le « trip » d’un président d’entreprise.

Cette fois-ci c’est peut-être le trip d’un ministre? En fait, je crois que l’application a sa raison d’être. Elle ressemble étrangement à l’application développer en Europe « Sauver un ami » (http://www.proximamobile.fr/article/sauver-un-ami) mais avec un look beaucoup moins « sexy » selon moi.

Tout d’abord, il faut se poser certaines questions. La cible, (15-25) n’ont pas tous des iPhones (oui des iPods, mais il ne le traine généralement pas au bar). Considérant que c’est +- 30% de la population canadienne qui possèdent un téléphone intelligent, de cela +- 10% des iPhone et généralement des gens avec un revenu supérieur, il est possible de croire qu’il n’y a pas tant de jeunes que nous le pensons qui possède se type d’appareil mobile.

La première règle d’or lors de la création d’une application mobile est:

1- Connaître sa cible et l’appareil qu’il possède.

Saviez-vous qu’un adolescent moyen envoi plus de 1500 SMS par mois? Cette information aurait être intéressant pour le projet. Pourquoi ne pas utiliser la messagerie texte pour sensibiliser les jeunes?

Pour ce qui est du nombre de téléchargement, ce n’est pas une grande surprise. Tout le monde pensent que dès qu’on lance une application, celle-ci aura des milliers de téléchargements. Rappelez-vous qu’il y a plus de 500 000 applications disponibles sur l’Appstore dont plus du 3/4 ne sera même pas téléchargé 1000 fois. Faire la promotion d’une application, ce n’est pas aussi simple qu’on le croit. Il faut bien connaître les habitudes de téléchargement des mobinautes. Par exemple, la publicité traditionnelle est au 10e rang d’influence pour télécharger une application mobile. Les premières étapes: bouche à oreille, blogue et référencement de l’application dans l’AppStore.

Finalement, selon moi le plus gros problème de l’application est qu’elle n’apporte rien de nouveaux et n’a pas compris la cible. Ils aiment jouer, se divertir plutôt que de ce faire passer une morale subtilement sur le téléphone qu’ils ont dans la poche. Sur 1400 téléchargements, combien ont supprimer l’application? Selon moi, plus du 3/4. Ce serait donc 1.1M$ pour quelques centaines de personnes ayant encore l’application.

Encore une fois, une application iPhone sans grande stratégie.. Dommage car l’idée de base est très louable.


juillet 20

et un autre plus classique!

juillet 19

juillet 14

juillet 13

Vodafone – The Evolution of Mobile from the found collective on Vimeo.

juillet 05

juillet 01

Domino’s Pizza Advergaming // Student Case from Goyer on Vimeo.